Le Conseil économique social et environnemental dénonce la « crise des structures essentielles à l’action précoce »

Le Conseil économique social et environnemental (CESE) a présenté le 10 juin 2020 un rapport intitulé « Enfants et jeunes en situation de handicap : pour un accompagnement global » Les auteures de ce document font le constat des manques importants pour le repérage et l’accompagnement précoce des difficultés des enfants.

PMI, CAMSP, CMPP : des structures de l’action médico-sociale en crise

Elles dénoncent ainsi « la crise des structures essentielles que sont la PMI (Protection maternelle et infantile), la médecine scolaire (…) ainsi que la saturation des services publics les mieux identifiés par les familles, à l’instar des Centres d’action médico-sociale précoce (CAMSP); des centres médico-psychologiques (CMP) et des Centres médico-psycho-pédagogique (CMPP) ». Elles indiquent que ces difficultés s’inscrivent dans un contexte général de manque de professionnels de santé dans certaines régions et regrettent également « les insuffisances de la sensibilisation et de la formation sur l’enfance en situation de handicap et ses acteurs, pour les professionnels et professionnelles de la santé, de l’enfance et de l’éducation ».

Des pistes pour améliorer l’action précoce en direction des enfants et des familles

Samira Djouadi et Catherine Pajares Y Sanchez font des préconisations précises pour améliorer l’action précoce en direction des jeunes enfants : la première des préconisations part du constat que les premiers signes de troubles du développement pourraient être identifier plus tôt : « Le CESE préconise de faire du repérage du handicap une priorité et de mettre en place un accompagnement plus précoce des enfants et de leur famille. » Puis le Conseil attire l’attention sur les modalités de l’annonce aux parents : « Le CESE préconise d’organiser l’annonce aux parents ou à l’enfant du handicap ou de la suspicion de handicap autour de quatre objectifs :

– une information complète sur le trouble, ses possibles évolutions, l’état des connaissances et les accompagnements envisageables,

– une information sur les diverses prises en charge financières des consultations et soins,

– une reconnaissance de leur rôle et une valorisation de leur parole,

– une orientation, ajustée à leur situation et à leur souhait, vers un soutien psychologique et social, notamment ».

L’importance de la coordination territoriale pour mieux accompagner les tout-petits

Enfin s’agissant de l’accompagnement des tout petits avec un handicap et de leur famille, le rapport préconise « pour réduire les inégalités territoriales d’accès à l’offre (PMI, médecine scolaire, CAMSP, CMP, CMPP), de renforcer la place donnée au repérage, au diagnostic et à l’accompagnement du handicap dans les schémas départementaux d’actions sociales et médico-sociales, dans les plans Handicap, dans les schémas départementaux de protection de l’enfance ou dans les schémas départementaux des services aux familles. La coordination de ces schémas et plans est primordiale. »

Le rapport du Conseil économique social et environnemental est disponible en ligne sur le site du CESE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.