Mon enfant de 2 ans ne va pas vers les autres au parc

Vous trouvez que votre enfant ne va pas spontanément vers les autres ? Au parc, il ne joue pas avec eux ; et, à la crèche ou à la maternelle, on vous dit la même chose : il semble s’isoler. Vous vous interrogez : “est-ce un signe inquiétant ?”

Un enfant qui semble s’isoler des autres en communauté peut le faire pour plusieurs raisons qui vont du simple trait de caractère à un trouble important. Lorsqu’il arrive dans un nouvel endroit avec de nouvelles personnes, il est normal qu’il prenne son temps pour s’adapter et se mêler au groupe. Chaque enfant est différent et s’adapte à son rythme. Il faut lui laisser ce temps-là. Mais alors que faire ? Comment interpréter cette attitude et faut-il s’inquiéter si elle perdure ?

Quand s’inquiéter ?

Il est important d’observer l’enfant dans l’ensemble des activités de la journée. 

Est-il toujours en retrait ? Même quand il est en tête-à-tête avec vous ? Comment est son attitude lorsqu’il joue ? Est-ce que sa difficulté à communiquer s’accompagne de colères fréquentes et qui vous paraissent disproportionnées ? Présente-t-il des difficultés à l’endormissement ? 

Regardez-le quand il joue : fait-il tourner les roues de petites voitures pendant de longues minutes ? Passe-t-il de long moments à rester fixer un écran ou une lumière sans réponse à l’appel de son nom? A-t-il des difficultés à s’exprimer à l’oral ?

Toutes ces petites observations du quotidien sont des indications et vous faites bien d’y accorder de l’importance. Parlez-en avec les personnes qui s’occupent de votre enfant : assistante maternelle, enseignant, votre conjoint, un parent proche,… Partagent-ils le même constat ? Ont-ils les mêmes inquiétudes que vous ? Est-ce que votre enfant se comportent avec tous de la même façon ? Ce sont autant d’informations qui permettront de comprendre et de trouver une solution. Avec toutes ses observations, le médecin traitant de la famille, le pédiatre ou un médecin de PMI (qui est un spécialiste de la petite enfance) pourront lors de la consultation, apporter des explications. Ils pourront si besoin, demander des examens complémentaires et renvoyer vers un spécialiste.

Quelles pistes envisager ?

Plusieurs pistes sont envisageables. Cela dépend de plusieurs paramètres. Ces attitudes ne sont pas toujours graves, mais doivent toujours être prises en considération. Il peut s’agir d’un simple trait de personnalité, mais si les signes mentionnés ci-dessus sont tous présents, alors il faut envisager de consulter un spécialiste. Il faudrait alors voir un pédopsychiatre ou un neuropédiatre pour comprendre les raisons de cette attitude de repli sur soi. Ainsi, les troubles de l’autisme peuvent prendre des formes très variées que seul un spécialiste pourra identifier. Mais sans attendre d’avoir un diagnostic complet, il peut être utile de mettre en place un soutien qui pourra, selon les enfants, être un ou une orthophoniste, un ou une psychomotricienne, un ou une ergothérapeute,… le médecin de PMI ou celui du Centre d’Action Médico-social précoce pourra vous indiquer les rééducations à mettre en place.

En attendant, ne perdez pas une occasion de jouer avec votre enfant et de prendre plaisir à l’observer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.