« Nous ne parlons pas français à la maison, est-ce pour cela que notre enfant est en retard de langage ? »

Le bilinguisme autour d’un enfant arrive souvent : maman est espagnole et papa est français, on parle donc deux langues à la maison. Papa et maman sont marocains et on ne parle pas la même langue à la maison qu’à la maternelle. Mais alors, le bilinguisme peut-il être un obstacle au bon développement du langage d’un enfant ?

L’équipe de « Handicap, agir tôt » a reçu le message inquiet d’un parent ( n’hésitez pas à nous poser vos questions aussi ) qui constate des difficultés de langage de son enfant. : « Mon enfant de 24 mois ne dit jamais deux mots ensemble. Il semble avoir un retard de langage. Nous parlons tunisien à la maison, est-ce pour cela ? ».

Le bilinguisme n’entraîne pas le retard de langage

Tous les enfants élevés dans le bilinguisme ne présentent pas de retard de langage, loin s’en faut. Si on ne parle pas la même langue à la crèche et à la maison, ou si les deux parents parlent deux langues différentes, l’enfant peut, parfois, avoir du mal à s’y retrouver et être dans une certaine confusion. Mais en aucun cas, le seul bilinguisme ne peut constituer la cause d’un retard ou d’un trouble spécifique du langage. L’enfant identifie en effet très vite qui parle quelle langue dans la famille.

Pour autant ces enfants peuvent aussi, comme les autres, présenter des troubles. Le diagnostic de ce genre de difficulté est souvent complexe parce qu’il doit intégrer les différents aspects impactés. Il est nécessaire pour cela de faire appel à une équipe pluridisciplinaire.

Comment repérer et diagnostiquer un trouble du langage dans un contexte bilingue ?

Dans un article paru en 2010 dans la revue Enfance et Psy, l’orthophoniste Coralie Sanson indique « si nous nous trouvons face à un trouble spécifique du langage oral, les altérations ne peuvent se limiter à un seul système linguistique. » Autrement dit, si l’enfant n’a de difficultés que dans une seule langue, alors ce n’est pas un trouble spécifique. C’est un simple retard. Si par contre il a des difficultés dans les deux langues, la question se pose et il faudra investiguer davantage (Voir aussi l’article « J’ai peur que mon enfant ait un retard de langage »).

Les difficultés de développement d’un enfant suscitent souvent une culpabilité des parents. Le fait d’être à cheval sur deux cultures peut-être une des formes de cette culpabilité. « C’est de votre faute, vous ne parlez pas français à la maison », voici ce que des parents ont pu entendre, mais qui ne renvoie à aucun fait scientifique. La particularité d’évoluer dans un environnement où deux langues sont pratiquées peut constituer une difficulté pour un enfant mais aussi une chance pour lui.

Que faire ?

Continuer de parler en plusieurs langues à l’enfant ne peut que l’enrichir. Il faut lui laisser le temps de progresser dans les deux langues. Si les doutes persistent, il peut être utile de consulter un service spécialisé sur les troubles des apprentissages, comme un centre de référence. Mais dans un premier temps un bilan effectué par une orthophoniste sera utile. Parlez-en à votre médecin ou votre pédiatre qui pourra vous orienter. Voir aussi notre article sur “Mon enfant ne parle pas à deux ans, dois-je m’inquiéter ?” et les ages clés du développement de l’enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.