Enquête : les troubles du développement ne sont pas diagnostiqués avant l’âge de 7 ans.

Une enquête Ipsos sur les troubles du neuro-développement révèle qu’en moyenne, ces troubles sont diagnostiqués à 7 ans et 4 mois. Un âge plutôt élevé qui reflète une série de difficultés dans le parcours des familles.

L’enquête demandée par le Secrétariat d’État aux personnes handicapées rappelle que les parents sont ceux qui repèrent les premiers signes d’alerte (61%). Ensuite, les enseignants constituent la deuxième catégorie à identifier les troubles (15%) Les professionnels de santé ne représentent que 14% de ceux qui repèrent ces signes précoces des troubles, et parmi eux seulement 1% sont des généralistes.

Qui a détecté en premier le trouble de votre enfant / a émis l’hypothèse d’un problème ?
Vous-même ou votre conjoint 61%
Un enseignant 15%
Votre pédiatre 4%
Le médecin scolaire 1%
Votre médecin généraliste 1%
Un autre professionnel de santé 7%
Un psychologue 3%
La personne en charge de la garde de votre enfant 3%
Un proche 2%
Autre 2%

Après cette étape du repérage, l’enquête montre que les parents mettent en place très tôt des séances de rééducation. En effet, 40% d’entre eux les débutent dès leurs premiers doutes et 34% le font moins de 6 mois après l’annonce du diagnostic

Mais pour arriver à obtenir ce diagnostic, les parents se heurtent à de nombreuses difficultés : ils ont d’abord du mal à obtenir un rendez-vous auprès d’un spécialiste (57%) ou ne savaient pas vers qui se tourner (27%). Ces difficultés retardent le diagnostic. Mais les retards peuvent aussi venir des parents eux-mêmes. En effet, 32% d’entre eux n’ont pas engagé de démarche parce qu’ils pensaient que ces troubles n’étaient pas graves ou qu’ils allaient disparaitre d’eux-mêmes avec le temps.

Certains parents renoncent en raison du cout des consultations de spécialistes. Près des deux tiers (62%) font le constat que ces consultations ont engendré des frais non remboursés.

Les diagnostics ne sont au final (et en moyenne) pas posés avant l’âge de 7 ans. La moyenne générale pour l’ensemble de ces troubles est de 7,3 ans. On note cependant des écarts en fonction de la nature de ces difficultés. Les troubles du développement intellectuel sont diagnostiqués plus tôt que les autres (5,8 ans) les troubles dys (dyslexie, dyspraxie, dysphasie) font l’objet des diagnostics les plus tardifs (7,9 ans) tout comme les troubles du déficit de l’attention (7,6 ans). Enfin les troubles du spectre de l’autisme ne sont diagnostiqués qu’un peu avant 7ans (6,8 ans) 

Voir l’étude complète ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.