“Mon enfant a des difficultés, j’ai peur de le mettre à l’école”

L’action précoce auprès d’un tout petit en difficulté vise à favoriser sa pleine participation à la vie sociale comme n’importe quel enfant et à permettre en particulier sa scolarité dans de bonnes conditions. Après les années de crèches ou de garde à domicile, aller à l’école ressemble à un grand saut dans l’inconnu et peut faire peur.

Préparer l’entrée à l’école

L’entrée à l’école d’un enfant avec des besoins particuliers se prépare suffisamment à l’avance pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il faut prévoir les aménagements dont il pourra avoir besoin: devra-t-il s’absenter pour aller à des séances de rééducation? Lui faut-il un temps supplémentaire pour certaines activités? Faudra-t-il faire attention dans certaines taches particulières ? Y a-t-il des précautions alimentaires? …etc… Autant de questions qu’il ne faudra pas chercher à éviter et qui devront être partagées avec l’école pour préparer l’arrivée de l’enfant.

Il sera également utile de coordonner la place de chacun : les parents en premier lieu, mais aussi les professionnels de santé qui connaissent les besoins de l’enfant, et bien sur l’équipe de l’école qui pourra elle aussi proposer des solutions. Il n’est pas toujours facile de réunir tout le monde pour parler des conditions de scolarisation de l’enfant. Chacun a son emploi du temps et les distances peuvent parfois être longues. Plus on s’y prend tôt, plus on aura des chances de permettre ces rencontres. Il est utile que les enseignants, parents, rééducateurs sachent ce que font les autres. L’orthophoniste a besoin de savoir comment se passe le quotidien de l’enfant à l’école et quels sont ses besoins pour la scolarisation. L’école, de son coté, doit pouvoir être aider par des experts pour certains aspects des apprentissages. Quant aux parents, ils doivent être encouragés et parfois soutenus dans leur rôle.

A l’école, un encadrement chaleureux est indispensable. Les regards bienveillants permettront à l’enfant de se construire, d’avoir une bonne estime de lui-même et d’être épanoui. L’école doit travailler de concert avec l’équipe médicale et les parents de l’enfant. Ces derniers sont ceux qui connaissent le mieux l’enfant. Il faudra donc qu’ils donnent les clefs nécessaires aux enseignants pour qu’ils puissent encadrer l’enfant du mieux qu’ils le peuvent.

Les bienfaits de l’école

L’école est le premier lieu de socialisation de l’enfant. Elle lui permet d’interagir avec de nouvelles personnes et d’être plus autonome. L’enfant porteur de handicap ou qui présente des difficultés ou un retard intellectuel, aura tout à gagner à côtoyer des enfants de son âge ou plus jeunes. Il pourra alors imiter, jouer avec et se développer avec les autres.

Découvrez l’histoire de Erwan qui alterne son emploi du temps entre le Centre d’Action Médico-Social Précoce (CAMSP) et l’école.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.